← Retour

Partager l'article via :

REMOTE WORKING

Télétravail : menaces ou opportunités pour la Silicon Valley ?

August 3, 2020

Entre déconfinement joyeux et résurgence inquiétante, le monde vit au rythme des évolutions du covid-19. Et les entreprises ne sont pas en reste. Dans un environnement économique pétri d'incertitudes, le télétravail s'impose comme la nouvelle normalité. Un changement de paradigme qui soulève beaucoup de questions, mais qui offre aussi de nouvelles opportunités pour la Silicon Valley. Décryptage.


Le télétravail : une nouvelle réalité qui semble partie pour durer

Jusqu'à la moitié des employés de Facebook pourraient travailler à distance dans un délai de cinq à dix ans, a déclaré Mark Zuckerberg. Un changement radical pour une entreprise qui interdisait le télétravail, le travail à temps partiel et les congés sans solde il y a encore peu de temps. Il faut dire qu'il y a urgence. Car le covid-19 a plus changé le monde du travail en 3 mois qu'il n'a évolué au cours des trente dernières années. Et la plupart des entreprises de la Silicon Valley sont sur le même mode : tous les salariés non indispensables dans les bureaux sont encouragés à travailler de la maison.


Avec le télétravail qui se généralise, on gagne encore plus en flexibilité et en agilité. En fonctionnant de manière distribuée, les entreprises peuvent travailler avec des talents partout dans le pays… et dans le monde. La géographie n'est plus un frein ni un problème. Si un spécialiste des réseaux de neurones ne veut pas quitter son Kansas natal pour des questions familiales, avec le travail à distance, il peut être dans la Silicon Valley 8 heures par jour sans quitter son État d'origine. D'autant plus que cette nouvelle réalité ouvre de nouvelles portes en matière de recrutement et de diversité. Avec moins de résistance et de concurrence (ce qui faisait monter artificiellement le coût du travail), il n'y a plus besoin de piocher les futurs talents dans le même vivier, ce qui réduit considérablement les risques de formatages intellectuels. Et puisqu'il n'y a plus besoin de vivre dans la Bay Area, le coût et la qualité de vie sont alors très différents. Sans compter que pour les jeunes parents, le travail à la maison devient la solution idéale afin de moduler leur vie personnelle et professionnelle.

Quel impact pour la Silicon Valley ?

Même avec sa qualité de vie, son climat, son état d'esprit et ses paysages fantastiques, vivre dans la région de San Francisco implique beaucoup de contraintes. Le montant des loyers a augmenté de manière astronomique, les inégalités sont criantes et très visibles, et le transport n'a rien à envier à la région parisienne en matière d'embouteillage, de pollution et de temps perdu.


La pandémie a conduit à un exode - certes limité pour le moment - des salariés locaux, mais qui pourrait s'accélérer et changer la physionomie de la Silicon Valley. Or, les campus des géants de la tech' sont bien plus que des entreprises. Ce sont des lieux de vie qui font aussi vivre et travailler des entreprises dans leur sillon. Un changement sociodémographique local pourrait alléger la pression immobilière, mais conduire à d'autres ajustements en matière d'urbanisme, de services publics et de dynamisme économique. La Silicon Valley s'est construite sur la fertilisation croisée des sciences et de savoirs, entre grandes entreprises, universités de renom, financeurs et start-up. Cet environnement unique a contribué à l'excellence de la région. Que vont devenir les immenses campus si la moitié des salariés travaillent à distance ? Que va-t-il advenir de l'état d'esprit et de la culture qui se façonnent au quotidien par les interactions, les rencontres, et les événements organisés sur les campus ? Bien sûr, ce ne sont pas seulement les emplois qui attirent les gens à San Francisco : ce sont aussi les restaurants, la vie culturelle, les équipes sportives, et le climat. Mais avec les incertitudes liées aux résurgences de la pandémie, la ville pourrait perdre de son attrait au profit d'autres villes ou régions, comme Boise, Portland, Atlanta ou Toronto.



Alors, faut-il s'en inquiéter ? 

Chez RealChange, cela fait 25 ans que nous voyons la Silicon Valley évoluer, s'adapter et changer. Le covid-19 est un défi conséquent, mais ce n'est ni le premier ni le dernier qui se dresse sur le chemin de la Bay Area. La Silicon Valley n'est pas seulement un lieu. C'est un état d'esprit qui sait intégrer les talents de tous les horizons, utiliser toutes les technologies, et qui saura essaimer son esprit au-delà de ses frontières physiques. Digitaliser la Silicon Valley pour la rendre plus accessible, plus inclusive et plus enrichissante, c'est ce que nous faisons grâce aux learning expéditions virtuelles. S'il est possible d'avoir accès à cette énergie bouillonnante, ces réseaux, ces financements et ces innovations à distance, la Silicon Valley se prépare un futur brillant pour un monde post-covid aux nombreuses opportunités. Vous pensiez avoir tout vu avec la transformation digitale ? Ce n'est que le début !