← Retour

Partager l'article via :

LEADERSHIP

Les nouveaux modèles de leadership

September 24, 2021

En 2012, l'enseigne américaine Best Buy était en danger. Son PDG de l'époque, Hubert Joly, a pris le taureau par les cornes. Huit ans plus tard, Best Buy s'est transformé pour devenir l'un des employeurs stars aux États-Unis.  La satisfaction des clients a augmenté, tout comme le cours de l'action, et l'entreprise est devenue un leader en matière de durabilité et d'innovation.

Cette histoire, c'est celle qui est racontée dans le livre « The Heart of Business ​». Une renaissance qui s'explique par la poursuite d'un objectif noble et le fait de remettre l'humain au centre de l'entreprise pour traiter le profit comme un résultat et non comme un objectif. Un modèle de leadership précurseur qui s'impose désormais comme une évidence.

Qu'est-ce qu'un leader « nouveau ​» ?

Un leader nouveau est une personne capable de s'adapter aux évolutions en cours (transformation numérique, révolution écologique, gestion de la pandémie, etc.). Ce nouveau modèle de leadership peut être appliqué en tout temps, et n'est pas lié à l'âge du directeur ou du manager. Ce n'est pas l'ancien monde contre le nouveau. On peut avoir un nouveau modèle de leadership à 60 ans et diriger ses équipes de manière archaïque et autoritaire à 30 ans. Le nouveau leadership, c'est une manière de voir les choses et un état d'esprit qui s'inscrit dans l'ère du temps. 

Leadership : les 3 attributs à connaître

Pour devenir un leader, il faut réunir deux conditions : les émotions et la situation. Un leader est capable d'exprimer ses émotions. Il doit construire une relation de confiance, donner envie d'être suivi et créer l'envie chez les autres. La seconde condition est le contexte ou la situation. Il faut être l'homme ou la femme de la situation. Cela signifie avoir les ressources pour remporter une bataille, s'investir dans un moment difficile ou relever la tête et appréhender toutes sortes de difficultés. On est rarement un leader quand tout va bien. Ainsi un leader n'est pas forcément un manager, et un manager n'est pas nécessairement un leader.

1. Collaboration, confiance et agilité 

Un leader est une personne capable de motiver et de rassembler les gens autour d'un but commun. Cela signifie qu'il doit orienter et guider plutôt qu’ordonner, et privilégier un état d’esprit positif et volontaire.


Ancien sélectionneur de l'équipe de France de football, Aimé Jacquet a été maltraité par la presse sportive avant de donner à la France sa première coupe du monde en 1998. C'est un vrai leader, fin tacticien, altruiste, qui assume son style de jeu et qui a su s'effacer après le sacre suprême.

2. Inclusivité et gestion des émotions

L'intelligence émotionnelle est la capacité à percevoir et à exprimer les émotions, à comprendre et à raisonner avec les émotions, et à les réguler chez soi et chez les autres. Un leader doit maîtriser la question émotionnelle pour rassembler et ne pas opposer les gens et les projets. Il fait aussi de la diversité et de l'inclusion un enjeu important sur tous les plans (genre, ethnicité, handicap, etc.). 

Jacinda Ardern, première ministre néo-zélandaise depuis 2017, fait partie de ces femmes qui transforment la politique. Compatissante, à l'écoute, et empathique, elle dira elle-même que « l'une des critiques auxquelles j'ai dû faire face au fil des ans est que je ne suis pas assez agressive ou assertive ou que, d'une certaine manière, parce que je suis empathique, cela signifie que je suis faible. Je me rebelle totalement contre cela. Je refuse de croire qu'on ne peut pas être à la fois compatissant et fort. ​»

3. Durabilité et responsabilité

Un leader doit se préoccuper de notre planète, de l'écologie et de l'impact de l'activité de son organisation sur notre environnement. On retrouve ici toute l'importance du côté régénératif pour être capable de réinventer des choses, de bousculer le statu quo et de remettre en question des dogmes anciens afin de construire un monde meilleur, durable et responsable.

Emmanuel Faber, l'ancien PDG de Danone, est connu pour avoir pris position en faveur de plus de justice sociale. Il a notamment fait de Danone une entreprise à mission pour atteindre des objectifs sociaux, sociétaux et environnementaux.

L'exemple des entreprises altruistes

Dans le livre « L'entreprise altruiste ​ », les auteurs parlent des entreprises qui réussissent en s'intéressant au bien commun. Elles se mettent  au service inconditionnel de leurs interlocuteurs (fournisseurs, clients et communautés locales), à travers leurs activités de cœur de métier et, comme une conséquence, prospèrent économiquement.

C'est une approche qui s'inscrit pleinement dans ces nouveaux modèles de leadership durables, vertueux et ouverts sur le monde. Ainsi une entreprise altruiste n'est pas subordonnée aux considérations économiques (ne pas donner pour recevoir plus tard) et utilise ses ressources et son outil de production pour rechercher le bien commun et la création de valeur sociale. 


Le leadership n'est pas une science exacte. C'est une approche qui mise sur l'humain, sa capacité de résilience, sa volonté de rebondir, et son intelligence émotionnelle et culturelle. Des soft skills fondamentales à déployer dans toutes les organisations innovantes.